Le Burkina Faso est situé au coeur de l'Afrique occidentale. Sa superficie est de 274 000 KM2.

Ses coordonnées géographiques sont : 3° de longitude Est et 6°de longitude Ouest, et les parallèles 9° et 15°de latitude Nord. Il partage ses frontières avec six pays de la sous-région qui sont : le Mali au Nord et au Nord Ouest, la Côte d'Ivoire, le Ghana et le Togo au Sud, le Bénin au Sud-Est et le Niger à l'Est et au Nord-Est.




Carte géologique du Burkina présentant les divers types d'altitudes

Morphologie

Le Burkina Faso dans son ensemble est une pénéplaine dont le relief est lié à la constitution géologique.

Les formations cristallines du Précambrien C et D (Birimien et Antébirimien) couvrent plus de 80 % du pays. La majeure partie du Burkina est dominée par des plateaux latéritiques parfois très cuirassés et de bas-fonds.

On distingue plusieurs types d'altitude :

1908: Premières reconnaissances en Haute-Volta devenue Burkina Faso depuis 1984 ; monsieur H. Hubert, fondateur du service géologique de l'Afrique Occidentale Française (AOF) ;

1911 à 1926 : Publication de plusieurs cartes géologiques sur l'AOF à l'échelle 1/1 000 000è. En ce qui concerne le Burkina Faso en 1926, monsieur H. Hubert distingue des schistes, des quartzites, des granites et des massifs basaltiques ;

1934 : Monsieur S. Serpodrylof définit les formations du Gondo qui s'étendent le long de la frontière du Mali au Nord Ouest de Ouahigouya.

1928 : Monsieur J. Sagastsky entreprend une prospection minière à travers tout le pays. Depuis cette date, de nombreux géologues se succédèrent dans le domaine de la recherche géologique et minière. Tous, étaient des expatriés à l'époque, soit pour le compte de la Direction des Mines de l'AOF, soit sous la coupe du Bureau de Recherche Géologique et Minière (BRGM). A cet effet, de nombreuses publications et rapports ont été établis, dont certains sont encore disponibles au sein de la bibliothèque du Bureau des Mines et de la Géologie du Burkina (BUMIGEB) à Ouagadougou.

1960 : Date de la création du service géologique de Haute-Volta (Burkina Faso) dénommé Direction de la Géologie et des Mines (DGM) basé à Bobo Dioulasso . A la même année arrivait dans ce service le premier géologue africain du nom de N'Diaye du Sénégal.

1978 : Date de la transformation de la Direction de la Géologie et des Mines d'établissement public en Office para-étatique : Bureau Voltaique de la Géologie et des Mines (BUVOGMI) ;

1984 : Suite au changement de nom du pays (Haute-Volta en Burkina Faso) le BUVOGMI devenait Bureau des Mines et de la Géologie du Burkina (BUMIGEB).

BUMIGEB, 01 B.P. Ouagadougou 01 Tel : (226) 30 02 27 / 30 01 94 Fax : (226) 30 01 87


Aperçu géologique

La superficie du Burkina est constitué par un bloc de formations cristallines du Précambrien C et D de plus 80 %. Ce bloc est recouvert de façon discordante aux frontières Nord et Nord Ouest du pays par les sédiments du Précambrien A du bassin de Taoundéni, et sur la frontière Sud Est, par ceux de la bordure septentrionale du bassin voltaïen (Précambrien A à Eocambrien).

Précambrien D (ou antébirimien ) - Age > 2.500 MA

Le Précambrien D ou antébirimien constitue l'ossature de la majeure partie du Burkina Faso.Ce sont essentiellement des granitoïdes : granites, migmatites et gneiss. Selon leur répartition régionale, ces roches se diversifient à partir d'un certain pourcentage de minéraux constituant la roche (biotite, amphibole, pyroxène, etc.).

Ces terrains du Précambrien D ont été plissés et métamorphisés. Selon les méthodes de datation utilisées, l'âge de ces formations serait 2 660 + 135 MA

Précambrien C (ou Birimien) - Age : 2.400 MA à l.3OO MA

Les séries birimiennes représentent les parties non érodées du remplissage de sillons ultracratoniques. Ce remplissage est d'origine volcanique, pyroclastique et sédimentaire. Ces roches pendant leur mise en place ont subi plusieurs transformations rendant ainsi très complexes leurs compositions physico-chimiques d'où l'appellation volcano-sédimentaire.

Cette série englobe un grand nombre de formations rocheuses parmi lesquelles, on distingue des roches volcaniques (basaltes, andésites, rhyolites, tufs, etc.) et des roches intrusives (diorites, gabbros, granodiorites, granites, etc.).

Ce système birimien qui est le plus important du point de vue de la diversité de ces roches, affleure dans la région du Sud Ouest. De Banfora à Batié, on remarque deux bandes parallèles, larges d'environ 20 à 50 km et d'une direction générale Nord Sud ;

Les sillons birimiens prennent l'allure d'une courbe au Nord de Ouagadougou et couvrent les localités suivantes : Kaya, Kongoussi, Séguénéga jusqu'à Ouahigouya. Ils réapparaissent au Nord Est de Djibo, Gorom-Gorom jusqu'au Nord Est de Dori, Bogandé et enfin au Nord Est de Fada N'Gourma.

Précambrien A à cambro-ordovicien (couverture sédimentaire du socle) - Age : 1300 MA à 440 MA

Cet ensemble est essentiellement fait de roches sédimentaires. Il regroupe une grande série composée de grès, calcaires, dolomie, conglomérats, schistes argileux, grès quartzitiques, etc.

Les grès calcaires

Ils occupent une grande partie de l'Ouest du Burkina et affleurent depuis le Nord de Banfora passant par Orodara, Bobo-Dioulasso, Dédougou, Nouna pour se terminer en pointe au Nord de Tougan ; Les sables éoliens, d'argiles et d'alluvions

Tout le long de la frontière malienne, au Nord de Nouna jusqu'au Nord de Djibo, les terrains considérés comme anciens sont totalement couverts de sables éoliens, d'argiles et d'alluvions constituant des sédiments jeunes. C'est la plaine du Gondo ;

A l'extrême Nord du pays, dans le bassin du Béli, on remarque la répartition des calcaires dolomitiques, des grès quartzitiques, des schistes argileux et des conglomérats. Cette série est appelée système Nigérien ;

Les sédiments gréseux, grès arkosiques à ciment calcaire

Au Sud Est du Burkina entre Pama et Diapaga, le long de la frontière du BENIN se dresse une grande falaise (falaise du Gobinangou). Elle est composée de sédiments gréseux, grès arkosiques à ciment calcaire.

Parallèlement, au Sud Est de cette falaise du Gobinangou viennent en juxtaposition deux autres types de formations rocheuses (le Buem et l'Atacorien) :

Les latérites

Le recouvrement latéritique est un caractère dominant des paysages pénéplaines ou tabulaires qui caractérisent la plus grande partie du Burkina.

Ces latérites, on en observe partout. Elles se présentent sous forme de plateaux étendus, buttes témoins, cuirasses indurées, etc. L'épaisseur de ces latérites varie selon la nature des formations sur lesquelles elles se reposent.

Les latérites sont particulièrement impressionnantes dans les régions où affleurent les formations birimiennes, notamment entre Kaya et Ouahigouya près de Gaoua et Houndé, entre Djibo et Dori.

Principaux gisements d'or

La présence de l'or est signalée sur presque tout le territoire burkinabé, En 1890 déjà, l'orpaillage artisanal était pratiqué dans la région de Gaoua.

Les gisements d'or

Ils sont actuellement en exploitation industrielle ou en instance de l'être : Poura, Essakane, Guiro ;

Gîtes d'or

Parallèlement à ces unités industrielles, l'orpaillage artisanal est très florissant sur de nombreux sites qui se créent partout et d'importantes minéralisations sont signalées sur ces sites. Notamment à Yako, Ouahigouya, Kaya, Yalogo, Gorom-Gorom, Sebba, Kongoussi, Bogandé, Gaoua, Houndé, etc.

Indices d'or

Quant aux indices d'or, on en décèle presque partout à travers le pays, dans les formations presque exclusivement birimiennes.

Autres gisements en exploitation ou évalués

Calcaires dolomitiques de Tiara (Bobo-Dioulasso) exploités en carrière

Calcaires dolomitiques de Tin Hrassan (Gorom-Gorom) évalués

Cuivre de Diénéméra et Gongondy (Gaoua) évalué,

Graphite (schistes graphiteux) Korsimoro (Kaya) exploité en carrières

Manganèse de Tambao (Gorom-Gorom) évalué

Manganèse de Kiéré (Houndé) évalué

Phosphates Kodjari (Diapaga) exploités en carrières

Stibine Mafoulou (Kongoussi) exploitée

Zinc Perkoa (Réo) évalué

Indices miniers autres que l'or



Carte géologique du Burkina représentant les divers gites et indices

AI

Bauxite à Lahirasso , Kouéridéni , Kosso ( région de Bobo dioulasso et Nouna ) Fara , Guéguéré , Kaya , Kongoussi , Yako.

C

Graphite , indice entre Diébougou et Léo

Ca Mg

Calcaire dolomitique : Samandéni , Diounkou ( Bobo dioulasso)

Cu

Cuivre: Goren (Kaya) , Wayen (Est de Ouagadougou) , Tenkodogo , Séba , Zorgo , Diapaga

D

Diamant: indice sous forme de micro diamants dans les régions de Banfora , Batié , Diébougou , Barsalgho , Zabré

Fe Ti

Fer Titane: indice à Yako , Hoka (Ouest de Gorom Gorom)

Ka

Kaolin : indice à Titao , Kongoussi , Séba

Mn

Manganèse : indice: Sokoura , Ouo (Banfora , Gaoua) , Kaya , Kongoussi ,Djigoué (Kampti) ,Yako , Déou (Gorom-Gorom) , Zorgo , Sampelga (Dori) , Siétougou (Fada N'gourma)

Mo

Molybdène : Goren (Kaya) et Gaoua

Nbta

Colombo-Tantalite : indice de Mangodara (Banfora)

Ni

Nickel : indice de Bandéo-Naponé (Réo) , Guindbila (Kaya), Koïrézina (Gorom-Gorom) , Bonga

Pb

Plomb galène : indice de Gan (Tougan) , Tenkodogo

Pb Zn

Plomb , Zinc : indice de Tenkodogo

W03 Ca0

Schéelite : indice de Bagassi

Sn

Etain : indice de Nédogo (Zorgo)

V

Magnétite vanadifère : indice d'Oursi (Gorom-Gorom)

Retour au menu